Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
[Esclave] Kinolii Shouaï

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    l'Ile Kainushi Index du Forum -> Bienvenus sur l'Ile Kainushi -> Enregistrement -> Archives Esclaves [M]
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kinolii Shouaï
Admin | Esclave sensible

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2007
Messages: 20

MessagePosté le: Mar Aoû 7, 2007 05:15 pm    Sujet du message: [Esclave] Kinolii Shouaï Répondre en citant

Nom : Shouaï
Prénom : Kinolii
Surnom : Kino

Rang : Esclave Sensible

Age : 26 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel


Caractère : De nature plutôt doux et aimable, Kinolii a toujours été de nature généreuse et aimante avec les gens, aidant ceux qui était dans le besoin peu importe qui ils étaient, sans être pour autant soumis, car il aime beaucoup discuter et apprendre aussi pose-t-il bien des questions, cependant étant également très sensible, il lui arrive fréquemment de pleurer ou bien encore de se sentir anéantit par une situation ou une parole blessante. Malgré tout, il peut aussi être de nature très joyeuse et ouverte avec le monde. D'ordinaire, il n'est pas nécessairement trop timide pour se taire ou se cacher mais la vie commence à lui apprendre à rester loin de ce qui ne le regarde pas, même si il le fait encore.

Physique : Le jeune homme d'une vingtaine d'année passé à les cheveux bruns claires légèrement long ou plutôt à peine moyen parce qu'ils lui arrive à peine aux yeux et a la nuque, mais quand même il ne sont pas trop épais. Sinon il a le teint claire mais il pourrait bronzé si il n'était pas toujours à l'intérieur. Après quoi, il a le regard claire aussi bleu océan très voyant. C'est sans douce ce qu'il a de plus beau avec son corps ni trop maigre, ni trop faible, juste ce qu'il faut à la bonne place. Il de légère meurtrissures sur son corps. Comme par exemple ces poignets qui sont encore blesser, et qui le resteront sans doute toujours et son dos et son torse, comme ses cuisses, et ses pieds... en fait presque tout son corps et couvert de petite marque blanche comme de vieille cicatrices, même au visage il en a au niveau du nez et de la bouche, mais si discret que de loin on ne voit rien et de proche il faut l'examiner.


Histoire : Ni trop riche ni trop pauvre, juste le milieu de tout cela. Il n'était pas enfant unique, mais avait une grande sœur. Une vie paisible dans une banlieue, avec des parents aimants et généreux. Toujours à l'écoute de leurs enfants et présent lorsqu'il le fallait. Sa soeur faisait du sport et jamais ses parents ne manquèrent une de ses parties. Mais Kinolii n'avait pas ce désir de compétition. En fait, même très jeune il préférait garder les enfants de la voisine ou même allait faire les courses d'un autre pour le plaisir de rendre service s'en rien attendre en retour si ce n'est un sourire et un merci. Il rendait fier ses parents et même sa sœur appréciait ce petit frère. Sans avoir une très grande complicité, ils étaient amis et chacun aidait l'autre quand il le pouvait. C'était comme ça que la vie allait autant pour Kinolii que pour sa sœur ou leur parents. Même à l'école, il était comme ça, arrivant avant l'heure repartant après pour aider l'enseignant ou faire un peu de rangement, il aimait ça. Il y avait bien sur, un peu de moquerie chez les autres enfants, puis après, les adolescents, mais malgré tout, il était heureux et leur insultes et leurs rires lui passaient au dessus de la tête.

Un jour, il était resté tellement tard au club d'entraide pour les étudiants, car comme il était très doué, il aidait des étudiants le soir, il manqua le bus qui devait le ramener chez lui. Au lieu d'attendre une heure pour le suivant, il se dit qu'une bonne marche lui ferait du bien. Alors rajustant son sac à dos, il avait marché plusieurs rues, quand il se dit qu'il pourrait prendre un raccourcit. Alors il quitta l'avenue principale pour une petite rue entre les bâtiments qui semblaient déserte. Arriver derrière les immeubles, il traversa le stationnement pour gagner la seconde allée et ainsi avoir couper son itinéraire d'au moins vingt minutes, quand un bruit suspect. Il ne pouvait pas laisser cela comme ça, peut-être que quelqu'un avait besoin d'aider, mais aussi, il était de nature curieux, alors, il alla voir tout simplement. Près d'un conteneur à déchet il vit quelques jeunes hommes, et un étrange sentiment l'envahis. Préférant partir, il tourna les talons pour laisser faire, mais on le vit à la lumière du réverbère.

« Ey! Toi là! Bouge pas! »

Évidement, il figea, alors qu'il aurait du courir pour tenter de fuir, car les gens étaient déjà sur lui à lui prendre son sac pour voir de quoi il était question, des livres de mathématiques, de chimie et de physique tombèrent au sol. Il voulut s'en aller, mais on le prit par sa chemise d'uniforme.

« Un joli écolier » ...

La suite fut assez simple, immobiliser par deux bras puissants, il se sentit dénudé. Les vêtements furent déchirés même découper au couteau avant que retrouver nu, il tente encore une fois de se libérer le regard terrifier. il demanda à être libérer, de partir, mais il ne reçu qu'une gifle, avant que envoyer contre le conteneur à déchet, il entende une fermeture éclaire. En fermant les yeux, il se sentit violer pour la première fois de la soirée. La douleur était atroce et il cru mourir plus d'une fois alors que chacun leur tour, ils prenaient possession de son corps. Quand il finit par tomber au sol n'en pouvant plus, il sentit vaguement son corps être roué de coup pour perdre finalement connaissance. Il aurait pu être laisser là et être découvert le lendemain par les propriétaires, envoyer à l'hôpital pour finalement reprendre sa vie passablement normal. Mais le bruit avait attirer d'autre rongeur des bas fonds.

Après que le gang se soit retirer en riant, deux chasseurs d'aubaines le trouvèrent. Ils faisaient les rues à la recherche de petite perle quand le vacarme du viole leur était parvenu aux oreilles. Se glissant dans l'ombre, ils assistèrent satisfait à la scène, et une fois le rideau fermé, ils approchèrent de l'adolescent avec un sourire carnassier. Puis l'endroit fut vide. Tout ce qui restait, était des livres, des loques, et un peu de sang avec du sperme. Kinolii avait été enlevé. À son réveil, il était dans une cave, il ne savait pas où, dans une cage, il y avait peu de bruit, il était d'ailleurs pas le seul. Étrangement même si il faisait noir, il avait l'impression qu'il y avait d'autre personne avec lui. Alors il osa appeler et demander si il y avait quelqu'un. On lui demanda alors de garder silence. C'était une voix féminine. Après de longues heures d'attentes, la lumière se fit sans la cave et il sut enfin ou il était tombé. Il s'agissait d'un bâtiment illégal de vente d'humain. Il y avait des femmes surtout. En fait il constata qu'il était le seul représentant masculin. Inquiet, il resta là à observer et à analyser la suite. Au cours de cette première journée de captivité, une jeune fille fut achetée, il se demandait bien à quoi cela pouvait bien servir puisse que de toute façon, c'était illégal. Jusqu'à ce que cela lui arrive à son tour.

Son premier maitre, l'avait longuement observé. En fait il avait été très surpris de le voir là, et en demandant son prix fut fort surpris de sa valeur. Qu'importe, il le prit avec lui et Kino fut trainé bien plus que conduit jusqu'à l'escalier de fer, puis il passa la porte, traversa une salle où se trouvait plusieurs hommes qui levèrent à peine les yeux. Après il se retrouva dehors et son maitre lui demanda seulement si il allait être un gentil toutou et se coucher à ses pieds ou si il avait besoin d'un dressage. L'adolescent ne répondu pas et il reçut un premier coup au visage qui lui fit se mordre la joue. On attendait de lui une réponse. Il ne versa cependant que des larmes et il se sentit lié les mains dans le dos alors qu'on lui mettait une laisse et qu'on le couchait sur le plancher due voiture tandis que l'homme s'assoyait et qu'il sentit les pieds de ce dernier se poser sur lui. Les premiers jours furent horrible et Kinolii passa plus de temps à pleurer qu'à répondre aux demandes de son maitre. Il fut surtout battu, maintenu à ra le sol par cet homme qui le gardait attaché dans une pièce noir qui contenait des objets qui donnèrent des haut de coeur au pauvre esclave.

De cette première année, il ne se souvint pas de grand chose, de la douleur, de l'humiliation, les images se brouillaient et les jours n'existaient plus, le temps s'était arrêté et quand le carré de lumière apparaissait derrière la silhouette noir, il gémissait de désespoir car ce n'était pas un sauveur, mais son tortionnaire qui le violait impunément et usait de plus que son sexe pour le faire. Quand Kino n'eut plus de voit et qu'il se savait mourant, il fut de nouveau trainé dans la voiture, ligoté les pieds de son maitre sur lui. Après quoi il se réveilla dans une nouvelle cage de fer, à peine suffisamment grande pour lui, l'endroit sentait le chien mouillé et il constata que sous sa cage il y en avait une autre avec la aussi un autre garçon. C'était un mur de cage et les hommes qui les surveillaient passaient avec des bâtons les frappant quand l'un d'eux bougeait trop ou juste pour le plaisir. Comment des endroits comme celui-là pouvait-il exister...

Il fut acheté à nouveau, par un homme. Ce dernier en avait fait sortir plusieurs de leur cage et les avait examiné. Il leur ouvrait la bouche et vérifiait les dents, il les palpait autant devant que derrière, et exigeait qu'ils bandent. Ce que Kino fut bien incapable de faire. La lanière de cuir sur sa peau, lui arracha surtout des cris et il se replia sur lui même. C'est l'homme qui le sauva de la torture en ordonnant que ce dernier soit remis sur ses pieds et qu'on le branle tout simplement. Devant le regard du gardien en fonction il eut si peur que malgré toute les tentatives de ce dernier, l'élancement ne fit rien sauf le faire pleurer, mais malgré tout il parvient à avoir une érection potable car l'homme décida de l'acheter avec un autre.

Il reçut alors son premier vêtement depuis un an. Il ne s'agissait pas de grand chose, un pantalon et une chemise. Il les reçut avec plus de révérence que ces cadeaux de noël et s'habilla promptement. Mais si il avait su ce qui l'attendait il aurait probablement pas ... était aussi enthousiasme pour sa nouvelle vie. Son nouveau maitre dirigeait une maison close, et il était maintenant un employé. Un prostitué. Il put au moins prendre un bain, et si les clients avaient le droit d'être plusieurs, de le frapper, de l'attacher et de bien d'autre chose encore, il pouvait au moins ce repose dans un lit et parfois avoir la grâce d'être réservé à l'usage des membres, soit n'avoir qu'un client pour toute la nuit. Son éducation sexuel se fit d'avantage à ses moments là, et bien qu'il n'aimait pas encore cela, au moins ne hurlait-il plus, ni ne pleurait à chaque fois qu'il était baiser par quelqu'un.

Les hommes qui venaient l'aimaient particulièrement pour sa sensibilité et sa féminité car en effet Kino avait un corps jeune et délicat qui rappelait les jeunes filles. Il vécu ainsi plusieurs mois, mais malheureusement il tomba malade. Il avait beaucoup maigri, perdu son appétit et sa vivacité. Il devenait moins beau et moins attrayant. Le propriétaire ne trouvait pas cela particulièrement intéressant. Son chiffre d'affaire allait en souffrir. Il exigea qu'il se reprenne en main, mais Kinolii en fut incapable et bien vite, on décida de le mettre au enchère. Un ancien prostitué docile et obéissant, les prix montèrent facilement malgré son allure fatigué. Un homme l'acheta et Kino comme un bon petit chien le suivit la tête basse.

L'homme le fit monter dans sa voiture et tout en roulant lui raconta toute une histoire. Il était marié, mais sa femme détestait faire le ménage alors il avait été prié de faire le marché pour trouver un bon esclave qui pourrait entretenir la maison. Cependant, il savait qu'il serait à vendre et donc, il avait décidé de faire d'une pierre d'un coup, car il aimait particulièrement son petit cul. Donc qu'il devrait taire la manière et le lieu de son acquisition. Mais l'esclave avait tellement eu de client que celui-ci ne lui disait rien.

Si l'homme se montra gentil avec lui et qu'il ne le toucha pas durant tout le premier mois, il n'en demeurait pas moins qu'il était sur ses gardes à savoir quand la chose se produirait. Quant à l'épouse elle se montra austère et même exigeante sur tout. Rien n'était parfait. Il hérita bien vite de toutes les tâches ménagères en plus de toutes les tâches de jardins trop lourdes. Il dormait dans la cave et ne devait jamais dire un mot, sauf oui madame. Sauf que, un bon jour, l'homme arriva particulièrement joyeux de son bureau en expliquant pourquoi. Son épouse venait de partir pour le week-end, ils seraient en tête à tête. Il passa la fin de semaine à ... coucher avec cet homme. En fait, il était continuellement toucher et avait les oreilles pleins de commentaire à lui donner des frissons de peur et de dégoûts.

Au retour de l'épouse, les choses se calmèrent, mais pas complètement. C'était devenu un jeu, à savoir jusqu'où les choses pouvaient allés sans se faire prendre. Puis bien sur, ils furent surpris. Bien que Kino fut sévèrement réprimander, le mari le fut aussi. Et si il ne voulait pas connaitre le divorce, il devrait se départir de son chéri. Le lendemain Kino fut apporté dans un magasin, et sans un mot ni un regard il fut laissé là. Mais le pauvre n'avait plus la moindre joie, et passa un très long moment dans la boutique. Il était si morne que même les commis vendeurs n'eurent pas envie d'essayer cette marchandise à l'arrière boutique. Sa vie était brisée et plus jamais il ne pourrait être normal ou aimé. Il était sale.

Après quelques mois, le propriétaire le mit en vente à rabais. Il fut pris, mais après quelques semaines il retourna dans une boutique. Comme il avait de beaux traits on le rachetait, mais rien à faire toute la vie avait abandonné le jeune homme. Puis un matin il fut réveillé par quelqu'un qui frappait les barreaux de sa cage. Devant le sourire que l'homme avait, Kino se demandait si il n'irait pas à l'arrière boutique ou si du moins, il ne venait pas d'être acheté, mais c'était bien pire que cela.

« Wow! Le jeune tu sais quoi? Aujourd'hui tu as ... vingt-et-un ans! Tu sais ce que cela veut dire? Que tu es majeur! Un adulte! Tu peux maintenant boire de l'alcool et coucher avec qui tu veux sans crainte que ton amant soit accusé d'extorsion ou je sais quoi! Est-ce que c'est pas beau? Si ce soir tu es pas vendu, on va avoir un beau cadeau pour toi! Juste avant que tu nous quittes! »

Déjà presque quatre ans qu'il ... quatre ans... ses parents, ses pauvres parents... et là... c'était trop, il resta coucher dans sa petite cage et ce soir là il fêta comme il se doit son anniversaire. Tous les employés s'étaient donnés le mot. À la fin, on s'excusa de ne pas avoir mit de chandelle, mais c'est un peu difficile sans gâteau. À la fin de la semaine, le propriétaire passa et exigea que le jeunot invendable soit envoyé dans le centre pour débarrasser le plancher.

« Pauvre toi ! Tu aurais dû te ventre un peu. Finir au centre ... mais t'en fait pas on va te faire un petit cadeau d'adieu. Ça va être une grande fête. On va même inviter des amis, comme ça ça sera plus amusant, plus on est de fou plus on rit non? Tu vas voir, ça va même être meilleur que lundi! »

Sa soirée d'adieu se passe de commentaire, le lendemain, alors qu'il avait encore mal partout et mal au coeur, on vint le chercher et conduit au centre, là on lui expliqua qu,il lui restait moins d'un an à vivre. Adulte, il n'avait plus de valeur. Mais bon, ceux qui avait moins de moyen passait parfois pour avoir un esclave. Il restait continuellement dans sa cage, ne sortant qu'une fois par semaine et encore seulement si il faisait assez beau pour cela. Non il aurait préféré mourir dans son sommeil, mais le destin ne semblait pas le vouloir.


[...]

 

_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar Aoû 7, 2007 05:15 pm    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kio Niamoto
Fondateur | Esclave libertin et têtu

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2007
Messages: 134

MessagePosté le: Mer Aoû 8, 2007 05:30 pm    Sujet du message: [Esclave] Kinolii Shouaï Répondre en citant

fiche validée! jolie histoire même si elle est triste. j'espère que tu te plairas parmis nous ^^! bon rp
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:55 am    Sujet du message: [Esclave] Kinolii Shouaï

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    l'Ile Kainushi Index du Forum -> Bienvenus sur l'Ile Kainushi -> Enregistrement -> Archives Esclaves [M] Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky